Friches urbaines

Une question ?

urbaine_form_faq

Liste des champs
Liste des champs
Prenez part au débat et contribuez au développement de notre FAQ!

Comment utiliser judicieusement nos friches urbaines ?

Lieu:
Aula de l'ESTER, la Chaux-de-Fonds
Date
13 mars 2013
Intervenant(s)
Accueil
Théo Huguenin-Elie, Conseiller communal, La Chaux-de-Fonds

Conférence
Olivier Neuhaus, architecte-urbaniste communal, Ville de Neuchâtel.
Marco Ribeiro, architecte-urbaniste au service de l'urbanisme, Ville de Lausanne.
Horaire
de 19h30 à 21h30
Table ronde
Monique Ruzicka, architecte et urbaniste, EPFL - CEAT
Pascal Magnin, secrétaire général, Association romande des maîtres d'ouvrage d'utilité publique.
Denis Clerc, arcitecte communal, Ville de la Chaux-de-Fonds
Philippe Carrard, urbaniste communal, Ville de la Chaux-de-Fonds.
Modération : Laurent Bonnard
Le quartier Ecoparc
Friches urbaines de Lausannne
Débat - minutes 0-8
Débat - minutes 8-16
Débat - minutes 16-24
Débat - minutes 24-32
Débat - minutes 32-40

Les friches urbaines  principalement d'anciennes zones industrielles désaffectées – représentent un potentiel de surfaces disponibles pour le développement dynamique des villes en leur centre. Leur reconversion permet de lutter contre l'étalement urbain et est une véritable opportunité de reconstruction de la ville sur elle-même.

Compte rendu

La première soirée de conférence-débat organisée sur le thème des friches urbaines a réuni une soixantaine de personnes le 13 mars à la Chaux-de-Fonds, dont deux classes de deuxième année du lycée Blaise-Cendrars.

La rencontre a permis de débroussailler l’univers de nos friches urbaines en abordant les potentialités de développement pour nos villes.

La première heure consacrée aux présentations de M. Neuhaus et M. Ribeiro a mis en lumière les effets escomptés des projets de requalification poursuivis dans les deux villes de Neuchâtel et Lausanne.

Le quartier Ecoparc à Neuchâtel est un exemple de partenariat public-privé, réunissant les propriétaires de la friche, la Ville et le canton autours d’une vision commune. Ensemble et en près de 20 ans, ils ont concrétisé un quartier multifonctionnel au cœur de la ville, tout en respectant des hauts standards de qualité architecturale, énergétique et de confort.

Les exemples lausannois ont mis en perspective les relations entre culture alternative et développement urbanistique. En effet, les « squatteurs alternatifs » ont contribué à améliorer l’image de certains quartiers désaffectés par leurs activités culturelles et s’en sont retrouvés chassés une fois la requalification amorcée.

La deuxième heure consacrée au débat  a insisté sur l’important rôle des habitants et des usagers pour construire la ville de demain. Dans cette ville pensée par ses habitants, l’architecte communal prend la casquette de metteur en scène de la vie quotidienne. Les participants ont exprimé des craintes concernant l’accessibilité pour tous à ces nouveaux quartiers. Dès lors, il a été souligné l’importance de la maitrise foncière par les collectivités ou via des partenariats publics-privé pour assurer une place aux loyers modérés et éviter les effets pervers de la gentrification.

La soirée en image (© Alexandre Dell’Olivo)

Théo Huguenin-Elie
Laurent Bonnard
Jean-Philippe Rawyler, Lycée Blaise-Cendrars
Olivier Neuhaus
Marco Ribeiro
Friches urbaines lausannoises
Table ronde
Monique Ruzicka
Pascal Magnin
Denis Clerc
Philippe Carrard
 

La notion de mémoire est toujours considérée dans les projets de requalification urbaine en suisse. Le plan de site, obligatoire dans le droit neuchâtelois pour les zones d'ancienne localité et les zones similaires classent les bâtiments sous l'angle patrimonial, est analysé préalablement à tout projet de requalification.

Parler de la Suisse de manière générale n'est pas aisée car les différents cantons et différentes communes utilisent souvent une terminologie différente et leurs pratiques diverges selon les systèmes de classement.

Cependant à l'échelle nationale, il existe un instrument unique en son genre, qui est l'inventaire ISOS, soit l'Inventaire fédéral des sites construits d'importance nationale à protéger en Suisse. L'ISOS permet de comparer entre eux des sites de toute la Suisse, il est également coordonnable avec d'autres inventaires. C'est l'unique inventaire des sites construits au monde à porter sur l'ensemble du territoire d'un Etat.

Dans le canton de Neuchâtel, deux instruments permettent de gérer la protection des sites classés sont :

la Mise sous protection: décidée par un arrêté du Conseil d'Etat pris avec l'accord du propriétaire, de la commune et de la commission cantonale des biens culturels, cette mesure correspond à ce que l'on appelait autrefois le classement. Elle existe depuis la première loi sur la protection des monuments et des sites de 1902, devenue en 1995 la loi sur la protection des biens culturels.

Mise à l'inventaire: décidée par un arrêté du Conseil d'Etat pris avec l'accord du propriétaire, de la commune et de la commission cantonale des biens culturels, cette mesure peut être le préalable d'une mise sous protection.

Pour en savoir plus:

ISOS - Inventaire fédéral des sites construits d'importance nationale à protéger en Suisse

Géoportail SITN - Système d'Information du Territoire Neuchâtelois

Recencement Architectural (PA1)- Canton de Neuchâtel

Patrimoine Architectural (PA2) - Canton de Neuchâtel

Office du Patrimoine et de l'archeologie - Canton de Neuchâtel

Les friches urbaines sont des secteurs délaissés en milieu urbain, disponibles pour une réaffectation. Elles peuvent être de natures très diverses.

L'Office fédéral du développement territorial définit les friches industrielles dans son reporting 2008, comme les terrains vides après démolition de constructions industrielles, les bâtiments industriels désaffectés et les sites ayant déjà fait l'objet d'un plan de reconversion. Les friches ferroviaires et militaires sont des sites anciennement utilisés pour le triage, les réparations ou l'entreposage de matériel (par exemple arsenal). Les autres friches désignent les infrastructures désaffectées telles que les installations d'incinération des ordures, les stations d'épuration des eaux ou les carrières (situées dans ou en bordure de la zone à bâtir).

Elles se caractérisent également par leur taille ou par leur âge, ou encore par leur degré de désaffectation - abandon, sous-utilisation, utilisation temporaire.

Pour en savoir plus:

Les friches industrielles urbaines représentent un potentiel inexploité recouvrant 18 millions de mètres carrés en Suisse, soit l'équivalent du territoire communal de la ville de Neuchâtel.

D'après un rapport de l'Office fédéral du développement territorial, en exploitant la totalité des espaces de friche industrielle, on obtient des espaces permettant d'implanter 13'000 entreprises, soit 140'000 places de travail, et des logements pour 190'000 habitants.

Ces espaces, idéalement situés et parfois déjà équipés, permettent de reconstruire la ville sur la ville. Logements, entreprises, commerces et espaces publics peuvent être développés dans des zones desservies par les transports publics, sans consommer de surfaces agricoles ou naturelles supplémentaires.

Pour en savoir plus: Page "Friches industrielles" de Office fédéral du développement territorial

L'outil "Quartiers durables by Smeo" a été conçu pour répondre aux collectivités locales désireuses d'améliorer leurs projets de construction ou de rénovation de quartier. Il a comme objectif prioritaire l'amélioration de la qualité de vie des habitants et usagers.

Diverses thématiques sociales, économiques et environnementales sont traitées en fonction des différentes phases d'avancement du projet. Cette structure permet de se poser les bonnes questions au bon moment, qui n'auraient pas forcément été abordées dans un processus standard.

Pour en savoir plus: www.quartiersdurablesbysmeo.ch

Depuis le 27 juin 2009, les villes de La Chaux-de-Fonds et du Locle sont inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'ensemble urbain horloger de La Chaux-de-Fonds et du Locle a une valeur universelle et exceptionnelle étant donné que ces deux " villes-manufactures " jumelles apportent un exemple d'ensembles urbains construits par et pour l'horlogerie.

Les immeubles d'habitation conçus pour le travail à domicile voisinent avec les maisons patronales, les ateliers et les usines plus récentes, au sein d'un tissu urbain homogène, rationnel et ouvert sur l'extérieur. Les deux villes témoignent de la poursuite ininterrompue d'une tradition horlogère vivante et mondialement réputée, ayant su faire face aux crises sociotechniques et économiques du monde contemporain.

Pour en savoir plus: www.urbanismehorloger.ch

L'association Ecoparc s'est créée au moment où peu de monde parlait d'environnement construit durable. Carlo Malaguerra, ancien directeur de l'Office fédéral de la statistique (OFS), a tout de suite cru et appuyé cette idée. " Elle était un peu folle, mais je la trouvais géniale! J'ai été enthousiasmé par le bâtiment de l'OFS ", explique celui qui deviendra le premier président de l'association.

Aujourd'hui l'association Ecoparc compte une centaine de membres et emploie quatre personnes. Ses activités ne sont plus liées au quartier Ecoparc. Elle a pour vocation de faciliter l'essor de projets urbains qui intègrent les principes du développement durable, soit l'efficacité économique, la solidarité sociale et la responsabilité écologique. Elle est apolitique, sans but lucratif et reconnue d'utilité publique.

Pour en savoir plus: www.ecoparc.ch (Magazine Projections "Spécial 10 ans")