Place de la Gare

La Chaux-de-Fonds

Sur la carte

 

Photos

 
Place de la Gare
Lieu :
Place de la Gare, 2300 La Chaux-de-Fonds
Catégorie
Le réaménagement de la Place de la Gare de La Chaux-de-Fonds a été inauguré en octobre 2015 après trois ans de travaux. L’inauguration ainsi que les premiers mois de vie de cette nouvelle place ont montré l’engouement que suscite ce nouvel espace public. Ce projet représente l’aboutissement de plusieurs années de réflexions et de concertations. Au fil des années, les réaménagements successifs ont fait perdre sa cohérence à ce lieu central de la Chaux-de-Fonds. Les autorités ont entrepris une vaste démarche participative avec les habitants du quartier et ses usagers. L’objectif a été de faire de la Place de la gare de la Chaux-de-Fonds un lieu de vie pour tous.

Le réaménagement doit permettre de créer une place plus vivante, plus arborisée, plus belle, plus accueillante, plus sûre et harmonieusement partagée entre tous ceux qui s’y déplacent.  Projet primordial et emblématique pour la ville, ce projet vise à permettre à la Chaux-de-Fonds de devenir le pôle principal de l’Arc jurassien.
FOCUS
PROCESSUS PARTICIPATIF
ESPACE PLUS LISIBLE
LIAISONS URBAINES
Place de la Gare
Place de la Gare
La première place de la gare de la Chaux-de-Fonds est réalisée au milieu du 19ème siècle en même temps que la construction de la première voie ferrée dans le canton de Neuchâtel. Trois gares se succèdent ensuite de 1856 à 1903. A cette époque, la Chaux-de-Fonds connaît un essor démographique extraordinaire. Sa population triple en soixante ans. Avec le succès de l’industrie horlogère et l’extension urbaine, la Place de la gare s’agrandit et se trouve vite au cœur de la ville. Si elle a vu passer des hommes à cheval, des calèches et autres chars, suivis de trams, d’autobus et de trolleys, la gare de la Chaux-de-fonds a aussi vu naître l’explosion du trafic individuel motorisé. Dans les années 50, après l’abandon des trams, de nombreux remaniements se suivent et dégradent la cohérence de la place.
Un concours est lancé en 2010, remporté par le bureau d’architectes Frundgallina à Neuchâtel. Principal objectif : redonner à la Place de la gare de la Chaux-de-Fonds sa qualité d’espace public majeur.
Caractéristiques
Etat d'avancement: Réalisation
Début de planification: janvier 2008
Fin de planification: octobre 2012
Début des travaux: juillet 2012
Fin des travaux: décembre 2015
Maître d'ouvrage:Ville de La Chaux-de-Fonds en partenariat avec VITEOS et TransN
Architectes:Frundgallina SA, Neuchâtel
Surface du terrain:18000 [m2]
Place de la Gare

PROCESSUS PARTICIPATIF  

La mise en place d'un processus participatif lors des différentes phases de planification du projet urbain est essentielle. Car il permet, à travers l'organisation de rencontres et de séances publiques avec la population ainsi que différents groupes cibles, de contribuer à l'émergence d'un projet urbain qui prend en compte l'ensemble des besoins des usagers et prévient les éventuelles oppositions. En ce sens, le réaménagement de la Place de la Gare traduit la volonté des autorités d'intégrer pleinement la population dans le projet et ce dès la phase de définission du projet. En effet, le processus participatif a précédé le concours d’architecte et a onfluencé le programme. Au tout début du processus de planification, des ateliers ont été mis en place entre 2008 et 2009 par les autorités locales avec les riverains, les usagers de la place et les différents groupes d'intérêt afin d'établir les premières pistes de réflexion. Par la suite, des séances publiques et des présentations ont été organisées tout au long de la démarche afin de prendre compte les besoins des différents usagers de la place de la gare et pour améliorer le projet. Outre les propriétaires des immeubles avoisinants et les commerçants, la commission d'urbanisme, la commission intercommunale d'aménagement du territoire, la commission des infrastructures et celles des experts de l'UNESCO, les membres du conseil général et l'office fédéral de la culture, ont été amenés à exprimer leur opinion tout comme différentes associations et groupements d'intérêt à l'image de Centrevue, Pro Infirmis, Pro Velo, le TCS, l'ACS et l'Association Transports et Environnement.

Début 2012, la consultation a été ouverte à l'ensemble de la population à travers la mise en place d'une exposition et d'un site internet afin de lui permettre de s'informer et de pouvoir exprimer ses remarques concernant le projet. Le réaménagement de la Place de la Gare est donc un projet qui a pris en compte, de la manière la plus complète possible, la diversité des opinions pour aboutir ainsi à un espace facilement appropriable par ses différents usagers.


ESPACE PLUS LISIBLE  


Depuis quelques années, chaque habitant, chaque usager a pu constater que le fonctionnement de cette place n'est plus idéal. Pendulaires pressés, touristes avec de lourds bagages, parents avec poussettes, personnes âgées ou autres badauds côtoient difficilement, dans des zones mal définies, les bus et les nombreuses voitures. La nouvelle Place de la gare de la Chaux-de-Fonds doit permettre de mieux répartir les flux entre piétons, transports publics et véhicules individuels. L'objectif est de faire cohabiter dans un même espace une multitude de besoins. Conviviale et sécurisée, la nouvelle place se veut un lieu de vie pour tous : lieu de passage, de travail, de détente et d'accueil. Les autorités souhaitent redonner à cette place son rôle de porte d'entrée ouverte sur la ville.

Le projet des architectes Fundgallina prévoit l'aménagement de deux couverts. L'un à l'ouest, orienté vers le nouveau quartier le Corbusier, accueillera l'interface des transports publics. L'autre, au centre de la place, sera le lieu privilégié des piétons. A l'est, la place accueillera les véhicules motorisés avec des places à durée limitée et des dépose-minute.


LIAISONS URBAINES


Porte d'entrée de la Ville, le projet s'inscrit dans une volonté de requalifier le centre-ville en parallèle à plusieurs projets urbains d'envergure comme le réaménagement de la Place du Marché ainsi que des trottoirs sur l'Avenue Léopold-Robert, ou encore la réalisation du futur quartier Le Corbusier qui jouxtera directement la Place de la Gare. Le projet permettra d'optimiser les liaisons entre les différentes parties de la ville par son rôle de connecteur urbain. Non seulement entre le centre-ville et les quartiers environnants mais aussi avec le nouveau quartier Le Corbusier, les quartiers au Sud des voies ferrées ou encore avec la rue « verte ».

FOCUS
PROCESSUS PARTICIPATIF
ESPACE PLUS LISIBLE
LIAISONS URBAINES
FAQ

Chaque aménagement d'espace public cache autant d'attentes qu'il y a d'usagers différents (piétons, cycliste, automobiliste, commerçants, écoliers, etc...). Pour garantir le succès d'un aménagement et que les usagers se l'approprie, il faut replacer l'homme au centre des préoccupations urbaines. Il est nécessaire d'intégrer les usagers dans la définition des objectifs de l'aménagement de manière à ce qu'ils puissent contribuer à la définition du programme.

La ville vivant 24h/24h, il est également important d'assurer que l'aménagement fonctionne correctement à toutes heures du jours et de la nuit.  L'aménagement doit convenir à tous les citoyens, y compris les enfants et les personnes agées et être pensé de manière conviviale et esthétique, considérant toute la subjectivité que ces deux critères dégagent. 

Les facteurs de réussites de tels aménagements sont complexes, mais souvent le temps est un élément majeur. Il faut prendre le temps nécessaire pour entendre les peurs et les réticences et y répondre.

Depuis le 27 juin 2009, les villes de La Chaux-de-Fonds et du Locle sont inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. L'ensemble urbain horloger de La Chaux-de-Fonds et du Locle a une valeur universelle et exceptionnelle étant donné que ces deux " villes-manufactures " jumelles apportent un exemple d'ensembles urbains construits par et pour l'horlogerie.

Les immeubles d'habitation conçus pour le travail à domicile voisinent avec les maisons patronales, les ateliers et les usines plus récentes, au sein d'un tissu urbain homogène, rationnel et ouvert sur l'extérieur. Les deux villes témoignent de la poursuite ininterrompue d'une tradition horlogère vivante et mondialement réputée, ayant su faire face aux crises sociotechniques et économiques du monde contemporain.

Pour en savoir plus: www.urbanismehorloger.ch

La Zone 30 est constituée de tronçons de route où les activités des riverains sont privilégiées par rapport à la circulation. Des mesures de limitation de vitesse rappellent que celle-ci est fixée à 30 km/h maximum. Le piéton n'a pas la priorité mais il peut traverser où il veut. Généralement, il n'y a pas de passage pour piétons.

Une Zone 20 ou "zone de rencontre", englobe des tronçons de route situés dans des quartiers résidentiels ou commerciaux où les piétons sont prioritaires. La vitesse maximale est fixée à 20 km/h.

Ces espaces sont conçus pour augmenter la qualité de vie des riverains en augmentant la sécurité par une baisse de la vitesse autorisée, en baissant les nuisances sonores et la pollution de l'air liés au trafic tout en permettant la fluidité du trafic pour les différents mode de transports (vélo, voitures, bus).

Pour en savoir plus: www.zonederencontre.ch

Sous le terme de participation citoyenne se cachent en réalité plusieurs définitions ou "échelles" de la participation:

- l'information: les intentions d'un projet sont présentées aux citoyens au moyen d'une exposition ou d'une présentation publique. Les réactions du public ne sont pas prises en compte par les porteurs de projet et les citoyens en désaccord ne peuvent réagir qu'au travers des moyens de la démocratie directe comme la pétition ou l'opposition.

- la consultation: une proposition de projet est présentée sous forme de débats, de questionnaires ou encore de tables rondes en vue de recueillir les réactions des participants. Ces derniers n'ont pas de garantie que leurs remarques soient prises en considération.

- la concertation: les éléments de réflexion d'un projet sont discutés, parfois très en amont, depuis la définition des problèmes et des besoins. Cette méthode intègre les différentes parties prenantes, même si la décision finale revient aux porteurs de projets.

- la participation ou coproduction: la participation des différents acteurs concernés est complète sur l'ensemble du projet et du processus décisionnel.

Pour en savoir plus: Office fédéral du logement

Une question ?

urbaine_form_faq_projects

Liste des champs
Prenez part au débat et contribuez au développement de notre FAQ!
Inscription à la Newsletter urbaine.ch